Soutien aux radios associatives

LogoRGB en directInquiète du devenir des radios associatives et notamment celles du Val d’Oise, Dominique GILLOT a écrit à la Ministre de la Culture afin de l’interroger sur les orientations budgétaires de l’État, pour 2015, pour alimenter le Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique Locale (FSER) et ainsi maintenir la diversité radiophonique française.

Dans sa missive, elle lui demande de rencontrer rapidement les représentants de la Confédération Nationale des Radios Associatives (CNRA), afin de préparer les négociations relatives au prochain budget du FSER.

Elle a également déposé une question écrite (publiée au Journal Officiel) pour alerter le Ministère sur les difficultés – notamment financières – que traversent les radios associatives. Enfin, elle a informé par courrier les collectivités locales pour leur demander de soutenir les radios associatives valdoisiennes.

Vous trouverez le texte de la question écrite ci-dessous ou en cliquant sur ce lien

Logo : Bienvenue au Sénat alerte_mail (1K)

Validation d’une question

Budget du fonds de soutien à l’expression radiophonique locale

Question n° 15781 adressée à Mme la ministre de la culture et de la communication
À publier le : 16/04/2015
Texte de la question :
Mme Dominique Gillot interroge Mme la ministre de la culture et de la communication sur la dotation de l’État au fonds de soutien à l’expression radiophonique locale (FSER).
Depuis plus de trente ans, les radios associatives assurent une mission de service public en mettant en valeur le dynamisme des territoires et en favorisant la démocratie locale. Éloignées d’un modèle économique basé sur la seule rentabilité, elles font vivre les initiatives locales et favorisent ainsi le lien social entre les différents acteurs d’un même territoire.
Depuis plusieurs années, leur situation se dégrade au point qu’une grande majorité d’entre elles n’arrive plus à financer ses actions. En effet, on constate, un désengagement progressif des collectivités territoriales qui réduisent leurs subventions aux radios locales.
Pour exemple, dans le Val-d’Oise, la radio RGB, bien implantée depuis trois décennies, développant de nombreux partenariats avec les collectivités locales, le monde éducatif, associatif, économique, culturel… a dû licencier un de ses trois salariés, avec comme palliatif le seul recours aux emplois aidés. Or, il est difficile d’assurer une responsabilité de tuteur et un travail de qualité, sans le savoir-faire et l’expérience d’une équipe stable de permanents.
Conscient de la nécessité du maintien de ces acteurs associatifs, l’État assure la dotation au FSER – par une taxe prélevée auprès des régies publicitaires des radios et télévisions.
Cependant, depuis 2010, si les charges augmentent, ce fonds, lui, reste stable.
Pour garantir la liberté d’expression, l’accès à l’information et le maintien d’une communication sociale de proximité, il est nécessaire de sécuriser un financement suffisant et adapté. Ce fonds est le seul qui puisse pérenniser le travail essentiel des radios associatives et assurer leur indépendance.
C’est pourquoi, elle l’interroge sur les orientations budgétaires de l’État, pour 2015, pour alimenter le FSER et ainsi maintenir la diversité radiophonique française.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s