Vote de la loi Fin de vie – La droite s’oppose à la démocratisation des directives anticipées en votant contre les amendements de la sénatrice Dominique GILLOT

Sans titre logosCOMMUNIQUE DE PRESSE

Le Sénat s’est prononcé hier, mardi 23 juin, majoritairement contre la proposition de loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie, pourtant rédigée par M. Claeys et M. Leonetti, sur une ligne consensuelle, – arbitrée au plus haut niveau de la présidence et des partis politiques.
Les Sénateurs de gauche ont choisi de voter contre ce texte, vidé de son sens suite à l’introduction d’amendements réactionnaires par la droite la plus conservatrice, qui ont remis en cause la création de nouveaux droits pour les personnes en fin de vie.

La Sénatrice Dominique GILLOT, soutenue par ses collègues, avait défendu plusieurs amendements visant à renforcer la démocratisation des directives anticipées. Elle avait appelé pendant les débats à se saisir de l’occasion de cette loi sur la fin de vie pour « informer les Français, le plus en amont possible, de l’existence des directives anticipées et de l’importance de les rédiger pour faire connaître leur volonté. »

Vous retrouverez ses interventions sur cette proposition de loi dans la rubrique « Sénat –> « intervention »
Rappelant que si Vincent LAMBERT avait rédigé des directives anticipées, sa volonté aurait été perçue de manière incontestable, elle a plaidé pour « faire entrer cette pratique de précaution dans nos mœurs » et « en faire un droit actif, vivant, connu », « il faudra l’expliquer, le populariser, le socialiser », « le chemin va être long, rappelons-nous du don d’organes » a-t-elle déclaré.

C’est dans cette logique qu’elle avait déposé plusieurs amendements visant à socialiser et démocratiser les directives anticipées par :

– L’inscription de leur existence sur la carte vitale du signataire

– L’information et la sensibilisation des jeunes lors de la journée citoyenneté et défense (journée de grand rassemblement de toute une génération)

« Il s’agît d’informer les jeunes de leurs droits d’éventuels malades ». Lors de cette journée les jeunes sont déjà sensibilisés à l’intérêt du don d’organes, du don du sang… « En introduisant l’information sur un acte de responsabilité, nous inscrirons véritablement ce nouveau droit dans le quotidien du dialogue avec la médecine et dans l’évolution de notre société » a-t-elle conclu.

Preuve – s’il en fallait – d’un conservatisme exacerbé, et d’une reconnaissance des attentes d’une majorité de Français, les Sénateurs de droite, majoritaires au Sénat, ont choisi de voter contre ces amendements qui avaient pourtant recueillis le soutien de nombreux Sénateurs notamment de gauche et de la Ministre de la Santé.

La Sénatrice continuera de mener des consultations avec les associations de malades et les professionnels de santé pour essayer, en seconde lecture, d’enrichir le texte de loi de dispositions novatrices.

Contact presse : Sophie POSTOLLEC – 06 27 85 10 5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s