Rencontre de l’association Vivre et Travailler autrement

En janvier 2017, M. DUFRESNE et Mme GORCE, Président et responsable de l’association Vivre et travailler autrement sont venus à la rencontre de Dominique GILLOT. Partant du constat de la faible employabilité des adultes avec autisme, ils ont créé un dispositif intégré, innovant, qui pense l’autonomisation de la personne à travers son insertion dans et par le travail et l’accès à un lieu de vie adapté.

Ce dispositif unique, à taille humaine, est le fruit d’un partenariat multi acteurs qui présente pour la collectivité un coût inférieur aux dispositifs plus classiques. A termes, l’association porteuse du projet accueillera jusqu’à 12 travailleurs autistes en CDI.

Depuis sa création en décembre 2014, l’association s’est rapidement révélée en France comme un des modèles le plus novateur d’accompagnement et d’insertion d’adultes avec autisme (non asperger).

Ce projet permet aux entreprises de rencontrer le handicap sous une forme positive, de s’ouvrir à la diversité humaine en déconstruisant les représentations, de réfléchir aux conditions de travail, à l’explicitation des missions… au bénéfice à tous les travailleurs de l’entreprise.

Les premiers résultats obtenus sont très encourageants. Les travailleurs avec autisme, pris en charge par l’association, accompagnés par des éducateurs de la Maison Départementale de l’Autonomie (MDA), sont bien intégrés dans l’entreprise. Ils bénéficient du soutien et de la confiance des autres travailleurs, qui reconnaissent leur implication et leur apport. Leur lieu de résidence, proche du lieu de travail, adapté à leurs besoins et modes de vie, leur permet la plus grande autonomie possible.

Ainsi, vivre et travailler autrement accompagne les personnes dans tous les moments de la vie et leur permet de fonder leur identité sociale et citoyenne grâce à leur projet professionnel : « le travail serait une formidable thérapie » (sic).

L’association contribue à changer le regard de la société sur l’autisme, plus largement sur la place des personnes en situation de handicap parmi les autres et plus précisément dans l’entreprise – les citoyens ne pensant pas toujours que ces personnes sont en capacité de travailler, de participer à la vie de la cité, d’enrichir les relations humaines et de contribuer à la cohésion sociale.

Son approche respectueuse et son ancrage dans le quotidien des personnes concernées, sa volonté de socialiser le handicap au bénéfice d’une inclusion durable, profitable à l’ensemble de la société, fait de ce modèle un dispositif qu’il faut populariser pour le décliner. Trop de personnes handicapées souffrent d’isolement, d’inactivité et de repli qu’une bonne insertion au travail sortirait de leur « handicap ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s